Tout savoir sur le changement climatique

Publié le : 27 avril 20225 mins de lecture

Contre le changement climatique, les citoyens, les entreprises et les institutions sont donc appelés à agir concrètement « ensemble pour le changement », en éteignant symboliquement les lumières pendant une heure, de la côte Pacifique à la côte Atlantique, et en organisant divers événements, notamment des dîners « respectueux du climat » dans toute l’Italie.

Le changement climatique ?

Mais appelez-les par leur nom : traînées chimiques et électromagnétisme à des fins de guerre et de pouvoir !

Chaque pays, en fonction de son heure d’été, éteindra toutes les lumières pendant une heure.

Un acte opportun, surtout à la lumière des données inquiétantes que le WWF expose, établies par le groupe de travail coordonné par Paola Mercogliano du Centre euro-méditerranéen pour le changement climatique (CMCC) : Moins de pluie, mais des précipitations violentes concentrées sur certaines périodes de l’année, des sécheresses estivales de plus en plus marquées dans les Alpes et dans la plaine du Pô, où la sécheresse prolongée du Pô pourrait mettre à genoux l’agriculture et la zootechnie.

En outre, on observe une augmentation générale de la température moyenne en Italie tout au long du 21e siècle, jusqu’à 6°C dans le pire des cas, et une augmentation des périodes arides dans des régions comme la Calabre, la Toscane et la Vénétie.

À l’avenir, en bref, selon les scientifiques, il n’y aura vraiment plus de demi-saisons : Le chaud et le froid vont soudainement modifier de plus en plus vos habitudes de vie et pas seulement.

L’impact le plus évident sera sur les zones agricoles, et donc sur l’alimentation, mais aussi sur la production d’énergie hydroélectrique et industrielle.

Le cas « extrême » du bassin du po

Risque d’inondations en automne et en hiver, risque accru de périodes de soudure en été : Voici le cas unique du bassin du Pô, où une autre conséquence de plus en plus probable sera l’inversion marine, avec l’entrée du biseau salé le long du fleuve en raison de la diminution du débit d’eau douce, avec des dommages pour l’agriculture et l’industrie.

Par conséquent, en substance, pour le Pô, vous pouvez vous attendre à plus de deux mois d’étiage en été, lorsque l’évaporation et la transpiration mettent à mal les cultures et que la chaleur cause des difficultés au secteur de l’élevage.

Chaleur et événements extrêmes

Au cours des trente dernières années du XXIe siècle (2071-2100), pendant les mois d’été, les régions septentrionales de la péninsule pourraient enregistrer en moyenne des augmentations supérieures à 6°C.

Les précipitations hivernales dans le nord et en particulier en Ligurie, selon le scénario « moyen », augmenteront, allant au-delà de 4-5 millimètres par jour dans le scénario le plus pessimiste (avec des émissions de gaz à effet de serre plus élevées), accentuant ainsi leur caractère saisonnier.

Il y aura une augmentation des événements météorologiques extrêmes, tels que les périodes sèches, caractérisées par des jours consécutifs avec moins d’un millimètre de pluie par jour qui, dans des régions comme la Toscane, pourraient augmenter entre 30%, selon le scénario « moyen », et atteindre jusqu’à 80% pour le scénario pessimiste.

Avec ces scénarios, dans le domaine agricole, les cultures telles que la vigne et l’olivier subiront de graves répercussions : l’aire de répartition de la vigne aura tendance à se déplacer vers le nord et en altitude, tandis que pour l’olivier le scénario est celui de l’avancée de la floraison et des situations critiques de longues périodes de sécheresse qui pourraient inévitablement provoquer une augmentation de la demande en eau d’irrigation.

Au-dessous de 2 degrés, vous pouvez :

L’avenir n’est pas dans les combustibles fossiles.

En effet, l’indication la plus pertinente de l’accord conclu lors de la COP21 à Paris est la décision de rester bien en deçà de 2°C d’augmentation de la température moyenne mondiale, en mettant tout en œuvre pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C par rapport à l’ère préindustrielle.

C’est à partir de là que la nécessité d’accélérer la transition vers une économie sans carbone, et donc sans combustibles fossiles, devient encore plus importante.

Plan du site